Introduction à la psychanalyse



http://psychanalyse-21.psyblogs.net/2014/01/introduction-la-psychanalyse.html
Ce terme renvoie à une méthode (technique) d'investigation de l'appareil psychique et donc des processus mentaux. La cure psychanalytique est une technique de traitement, et a donc le but de soigner des patients, elle nécessite des connaissances vis-à-vis de l'appareil psychique et des modalités de traitement. Son principe général consiste à ramener au conscient ce qu'il y a dans l'inconscient.

Apparition de la psychanalyse

Le terme de psychanalyse est introduit en 1896 par Freud, mais il convient pour en référer d'en regarder les débuts qui se situent une dizaine d'années plus tôt. Freud n'a pas réellement inventé ce courant de la psychologie, il a plutôt formalisé ce sur quoi se portait le courant de la médecine psychologique, qui s'intéressait aux névroses et aux hystéries, lesquelles étaient des maladies dont on aurait pu croire l'origine neurologique, mais qui sont étroitement liées au psychologique. Auparavant, on utilisait l'hypnose, avec l'idée qu'elle permettait d'accéder à des souvenirs oubliés, et déjà, on évoquait le concept de l'influence des souvenirs d'enfance.

Lors de sa formation, Freud effectue un stage à l’hôpital de la Salpêtrière, où travaillait Jean-Martin Charcot, en particulier sur les phénomènes d'hystéries : ces maladie présentaient des symptômes particuliers, surtout observables sur des femmes : raideur du corps dans des positions étranges, crise de larmes ou de rire, émotions exacerbées, etc… Charcot hypnotisait le patient pour découvrir quel traumatisme engendrait les symptômes. En relation avec lui, Henri Bernheim utilisait également l'hypnose, mais suggérait à ses patients (technique de suggestion).

Joseph Breuer, psychiatre qui utilisait ces mêmes techniques, avait compris que dans un état d'éveil, il s'opérait des résistances et réticences, conscientes et inconscientes. Il pensait un événement traumatique l'origine des symptômes d'Anna O., considérée comme le 1er cas de la psychanalyse.

Or, lorsqu'un patient réussissait à exprimer ses souffrances (oubliées) et les émotions (qui ne l'étaient pas), les symptômes disparaissaient souvent. Pour cela, Breuer mettait des patients sous hypnose, puis tentait de les obliger à une remémoration de l'évènement traumatique, et à l'expression d'une décharge émotionnelle. Cette méthode amenait selon lui, à une libération émotionnelle (catharsis) et donc à la guérison du patient. Cette technique prit le nom de méthode cathartique.

Sigmund Freud et la cure psychanalytique

Né en Moldavie, il étudie à Vienne la médecine. En 1881, il devient docteur, et se spécialise en neurologie et particulièrement étudie les effets de la cocaïne. Il obtient une bourse d'étude pour aller travailler à Paris avec J-M Charcot pendant un an. Lorsqu'il ressort de son stage, il revient à Vienne et commence à correspondre avec Breuer : il a été très marqué par les expériences sous hypnose, et en ressort convaincu qu'il y a quelque chose d'interne au patient. En 1889, il travaille avec Bernheim.

Au début, il ouvre un cabinet à Vienne et travaille selon la méthode cathartique. Il s'intéresse à l'interprétation des rêves, mais possède une grande culture scientifique et n'est pas satisfait de la technique d'hypnose, qui ne fonctionne pas avec tous les patients. Le moyen qu'il a trouvé pour écarter les réticences, car il fallait maintenir le patient éveillé, est la règle de l'association libre : tout ce à quoi pensent les patients doit être dit. Ainsi, pensait-il, à travers le langage, phénomène conscient, on accède petit à petit à l'inconscient.

Freud interprétait avec le patient et expliquait comment il comprenait : cette technique fut la première ébauche de ce qui deviendra la psychanalyse. Au début, il travaillait en face à face avec le patient, mais s'est rendu compte que cela pouvait influencer le discours et les pensées de celui-ci, et expérimenta donc l'idée de se placer derrière le patient.

Il remarqua alors que certains phénomènes se produisaient lors de la thérapie, parmi lesquels le transfert : ses patients éprouvaient des sentiments à son égard, comme de l'admiration ou de la colère. En fait, ces patients qui revivaient des situations d'enfance au cours de l'analyse, se mettaient spontanément à transférer leur histoire personnelle en y incluant l'analyste, lui attribuant les caractéristiques et "l'aura" de personnes de son passé, et développant les mêmes sentiments alors envers l'analyste, qu'envers ces personnes. Ainsi, le transfert fut défini comme l'ensemble des sentiments que le patient a envers l'analyste.

De 1903 jusqu'à 1905, il est le seul à pratiquer la psychanalyse, mais dès 1902, des médecins se rallient à lui lors de réunion, et parmi eux se trouvent les pionniers tels que Jung, Adler, Jones, Bleuler qui travaillait sur la schizophrénie, Abraham et Ferenczi. Freud écrit la plupart de ses œuvres jusque dans les années 1920, après quoi, il remanie souvent ses précédentes théories.

Le postulat principal de la psychanalyse est que l'appareil psychique est constitué d'une partie consciente et d'une autre inconsciente. Il propose par leur biais des explications du développement normal et des troubles de l'esprit, de l'appareil psychique. La cure psychanalytique repose sur la règle de l'association libre, permettant au patient de faire surgir dans le champs de sa conscience, ce qui auparavant était inconscient et provoquait des troubles psychiques. La présence d'un transfert signe la bonne progression de la cure.