La métapsychologie freudienne



http://psychanalyse-21.psyblogs.net/2014/01/la-metapsychologie-freudienne.html
La métapsychologie est l'ensemble des théories psychanalytiques, analysant l'esprit humain sous trois points de vue : qualitatif, économique et topique. Ces trois points de vue représentent les modèles théoriques sur lesquels se fondent psychanalyse et cure psychanalytique. La métapsychologie se situerait entre la psychologie, qui étudie les phénomènes conscients et la parapsychologie, qui est trop irrationnelle.

Freud considère la métapsychologie selon plusieurs points de vue : ce que représente l'esprit, comment il se constitue, sa forme et son fonctionnement.

Point de vue dynamique (qualitatif)

Pour Freud, l'esprit est un flux continu d'énergie. De l'énergie psychique circule dans l'appareil psychique, des forces s'opposant donnent naissance à des tensions, des conflits psychiques. Au sein de l'appareil psychique, l'inconscient constitue un réservoir, dont certaines des énergies qui s'y trouvent tendent à passer dans le conscient. 

Des comportement obsessionnels compulsifs s'expliquerait ainsi, par exemple, par le fait que 2 désirs s'opposeraient au sein de l'appareil psychique (dans ce cas particulier, par exemple, ceux de saleté et de propreté).

Point de vue économique (quantitatif)

Représentation, affect et énergie psychique

L'appareil psychique comprend des représentations (de soi, des objets du monde extérieur, des personnes...) auxquels des affects sont parfois liés. La représentation constitue l'ensemble des connaissances que l'on a d'un objet, tandis que l'affect constituerait une valeur attribuée à cet objet (comme agréable, désagréable...). Un affect est l'équivalent d'une émotion, c'est la connotation affective que l'on associe à une représentation.

Une représentation liée à un affect va devenir importante dans la vie psychique car elle est alors dépositaire d'une certaine énergie.  L'énergie psychique se déplace, augmente ou se décharge, elle peut créer un conflit en s'opposant à une autre, et générer une tension qui essaie de se décharger, par exemple en allant dans le conscient. L'énergie psychique a ainsi tendance à investir un objet, qui va devenir important, puis un autre… l'interaction entre ces énergies est ce qui constitue l'esprit, mais des interactions défaillantes génèrent des tensions, et parfois des troubles.

Principe de plaisir, de réalité et de constance

La décharge d'une tension provoque du plaisir, c'est la satisfaction du désir. L'appareil psychique fonctionne au début de la vie selon cet unique principe de plaisir qui vise à satisfaire en priorité les tensions : l'esprit du nourrisson est orienté par ses désirs et la satisfaction de ses besoins : dormir, manger, explorer... Tous ces comportements ont pour origine l'existence d'énergie qui cherche à s'échapper dans le monde, par l'intermédiaire de motivations générant des comportements. Le lien entre cette énergie, la motivation interne et le désir est direct : le désir commande la motivation qui entraîne les comportements amenant à la satisfaction du désir.

Mais la réalité extérieure contraint au fur et à mesure à différer ces plaisirs, dans l'espoir d'une satisfaction plus grande, ou d'éliminer les déplaisirs qui découleront de cette satisfaction : c'est le principe de réalité : lorsque l'enfant commence à comprendre que la satisfaction directe n'est pas forcément, au final, une source de satisfaction suffisante (par exemple, elle entraîne des conséquences néfastes, ou bien le comportement adopté n'est pas adapté, etc...).

Du principe de plaisir unique, ne concernant que lui, l'enfant passe progressivement à un principe de réalité ayant un but similaire, mais prenant en compte les caractéristiques du monde extérieur. Il est à noter que pour cela, l'enfant doit effectivement prendre conscience du monde extérieur. Dans le cas de certains autistes, par exemple, la méconnaissance du monde extérieur entraîne l'inadaptation : l'enfant, capable seulement de vivre dans son monde intérieur, se comporte encore comme le nourrisson : caprice, indifférence affective, mépris des conséquences...

Le principe de constance vise à maintenir des tensions minimales, car ces tensions sont toujours présentes : l'appareil psychique va mettre en place des mécanismes qui permettront de ramener ces tension au plus bas niveau possible.

Cela donne aussi lieu à des conflits psychiques : Lors du début de la vie, nous fonctionnons selon les processus primaires, l'énergie est libre (principe de plaisir), les tensions sont présentes et le nourrisson cherche à les apaiser directement. Lors des processus secondaires, cette énergie est liée à une représentation, et doit pour se décharger répondre au principe de réalité. Au fur et à mesure du développement, l'appareil psychique tente et réussit mieux (sauf troubles) à se maintenir dans un état de tension minimal.