L'entretien clinique avec un enfant, un adolescent ou une personne âgée



http://psychanalyse-21.psyblogs.net/2014/01/lentretien-clinique-avec-un-enfant-un.html
La situation d'entretien avec l'enfant diffère par plusieurs points de celle avec un adulte : le langage n'est pas toujours suffisamment maitrisé par l'enfant pour lui permettre de s'exprimer correctement ou précisément, l'attention de l'enfant et ses propres désirs peuvent constituer un frein à la relation thérapeutique. L'utilisation de moyens détournés comme les jeux ou le dessin, peut s'avérer utile, voire nécessaire.

Il n'y a plus réellement de face à face : l’enfant est souvent accompagné des parents (d’où une transmission nécessaire d’informations aux parents), et il ne possède pas toujours le langage complet qui lui permettrait de parler comme un adulte, il faut donc aménager le cadre de l’entretien de façon à l’aider à s’exprimer. Si besoin est, et si possible, on peut essayer de trouver une activité médiatrice (activité de jeu, dessin) en fonction des caractéristiques de l’enfant.

Les capacités d'analyse et l'expérience du thérapeute sont alors essentielles dans la conduite de l'objectif thérapeutique. Si les parents sont présents, l'interaction entre eux et leurs enfants fournit de nombreuses informations sur les éventuelles problématiques personnelles, à travers les problématiques familiales. On peut éventuellement demander aux parents de se retirer momentanément pour laisser l'enfant libre de s'exprimer, en lui faisant bien comprendre que ses parents ne sauront pas forcément ce que l'enfant veut ou dit.

L’adolescent vient lui aussi rarement seul, il faut gérer la relation avec les parents. Puis il faut faire la part des choses entre ce qui relève du développement normal de l’individu et ce qui pourrait relever d’un début de trouble psychopathologique : l'adolescence est une période charnière dans la construction de soi et de son identité, les ados ont donc souvent des difficultés, encore faut-il déterminer s'il s'agit de difficultés "normales" et temporaires, ou si elles dénotent un trouble actuel ou en devenir. Considérer l'adolescent comme un jeune adulte aide l'instauration d'une relation de confiance.

Pour une majeure partie des personnes âgées, on retrouve des questions spécifiques car ces personnes sont en fin de vie. Il faut aménager le cadre de l’entretien (parfois, c’est le clinicien qui se déplace), et il peut en outre y avoir des troubles psychologiques, en particulier neurologiques (Chorée de Huntington, maladie d’Alzeimer) qui ne facilitent pas cet entretien. La méthodologie thérapeutique prend donc en compte les caractéristiques individuelles du patient, et dans une majorité des cas, le rôle du psychologue s'orientera vers le soutien moral et la prise en charge des troubles de manière à assurer le maximum d'autonomie au patient, au quotidien.