Mécanismes des rêves



http://psychanalyse-21.psyblogs.net/2014/01/mecanismes-des-reves.html
Le rêve ne se construit pas entièrement au hasard, mais dispose de nombreux mécanismes qui en transforment le substrat original : les désirs et pulsions latentes du ça ne peuvent émerger de manière brute, même dans les rêves, au risque de provoquer des conflits et tensions pour générer un mal-être, ou occasionner le réveil par un cauchemar. L'imaginaire "brut" sera alors souvent transformé de manière à en élaborer une signification accessible à la conscience, dans le rêve, sans que l'on se réveille.

Avant le rêve proprement dit, se produit donc un travail d'élaboration, qui permet de changer des propos, des images latentes (désirs bruts), en propos manifestes (ce que l'on est capable de raconter, de décrire). Ce travail d'élaboration primaire du rêve se constitue à l'aide de mécanismes tels que :

La condensation : ce mécanisme trouble et complique les rapports entre différents éléments du rêve. Un élément latent peut s'éclater en plusieurs éléments manifestes, et inversement, plusieurs éléments latents peuvent se manifester dans un seul élément du rêve. Il n'y a pas de jugement conscient, deux faits contradictoires peuvent avoir lieu au sein d'un même rêve. Par exemple, dans un rêve, un personnage peut avoir l'attitude d'une personne, le regard d'une autre, l'apparence d'une troisième... le tout, condensé en un seul être. L'association libre d'idées permettra de séparer les éléments qui dans le rêves, semblent rattachés.

Le déplacement du à l'effet de censure : un élément latent, selon la gène qui lui est associée, peut être représenté par un autre élément, qui parfois n'a aucun rapport directement visible. Les choses que le patient estime être importantes peuvent être le reflet de choses beaucoup plus importantes. Souvent, des éléments lui appartenant en propre vont être projetés sur d'autres éléments du rêves.

Ces deux processus sont régis par les processus primaires et le principe de plaisir, il n y a pas de contradiction, pas de négation, pas de logique.

La transformation en image visuelle (figuration) : ce mécanisme va transformer en images visuelles  (d'autres modalités peuvent également participer : sonores, kinesthésiques...) les éléments des rêves - puisque c'est souvent sous cette forme que les rêves ont lieu. Certains éléments latents seront abandonnés car plus difficilement transformables en images, c'est par exemple le cas des idées particulièrement abstraites.

Après le rêve, lorsque le sujet s'est réveillé, ce rêve est remanié, à la fois consciemment et inconsciemment : on assiste à une élaboration secondaire ( fondée sur des processus secondaires et le principe de réalité), qui tente de rendre le rêve plus cohérent. Au moment où l'on raconte ses rêves, on met parfois l'accent sur certaines choses, et on en néglige d'autres. Or, les éléments pouvant être importants peuvent être affectés par cette censure.

Selon la formule célèbre de Freud, "le rêve est la voie royale vers l'inconscient". L’interprétation des rêves s'effectue conjointement à l'interprétation à des désirs infantiles, des régressions. 

Les rêves diurnes ont beaucoup de similitudes avec les rêves normaux, mais la censure y est beaucoup plus effective (le mécanisme d'élaboration secondaire est beaucoup plus opérant). Le but de toute rêverie est la satisfaction du sujet, on ne tient pas compte de la réalité extérieure lorsque l'on imagine, et l'on retrouve dans les rêveries diurnes, les mêmes mécanismes d'élaboration des rêves.