Psychanalyse et psychologie clinique : éléments introductifs



http://psychanalyse-21.psyblogs.net/2014/01/psychanalyse-et-psychologie-clinique.html
4 mots les désignent : diagnostic, évaluation, aide & traitement. La psychanalyse s’applique dans diverses situations, mais principalement pour un individu unique, à l’instar de la Psychologie expérimentale (aussi appelée « cognitive »), qui fonde ses théories sur l’analyse de groupes entiers présentant donc plusieurs personnes.
Si les troubles mentaux sont étudiés en psychologie clinique, celle-ci s’intéresse autant aux individus dits « normaux ». C'est par exemple dans le cas d’une perte de travail ou d’un proche, situations qui génèrent alors un état de souffrance psychique ou morale. La psychologie clinique possède donc un champ d’applications plus large que la psychopathologie.

Le psychoclinicien.

Il aide au diagnostic, évalue les souffrances ou les troubles, puis met en place des traitements adaptés grâce à une méthode particulière (méthode clinique) se décomposant en 2 sous-méthodes : la psychologie clinique à mains nues a des outils comme l’entretien clinique, l’observation…et la psychologie clinique armée dispose d’outils particuliers et précis (tests ou échelles) comme l’évaluation d’un QI (efficience intellectuelle) ou certains tests de la personnalité.

Il existe donc 3 sortes de psychocliniciens : 
  1. ils exercent à mains nues uniquement (mais parfois, le patient peut éprouver des difficultés à parler).
  2. ils exercent à l’aide de tests et échelles (mains armées : cela peut sembler plus rigoureux mais le patient peut ressentir un phénomène d’intrusion).
  3. ils utilisent les deux types d’outils, ce qui permet certainement une adaptation aux réactions du patient. Toutefois, il est nécessaire d’insister sur le fait que ces outils ne sont destines qu’à permettre une évaluation ou un diagnostic. Le psychoclinicien peut être psychothérapeute s’il suit une éducation complémentaire, ce qui n’est souvent mais pas forcément le cas.
Les psychocliniciens exercent dans le domaine de la santé, principalement hospitalier (spécialisé ou général), avec une prédominance de leur travail dans les services de psychiatrie ou de neurologie, mais aussi dans l’aide aux malades (physiques) graves et aux personnes âgées (gériatrie).

Certains travaillent également dans les crèches ou les diverses institutions pour enfants. Dans le domaine judiciaire leur est parfois demandé des expertises psychiatriques, d’autres travaillent en milieu carcéral. Généralement après plusieurs années de travail en hôpital, certains se lancent dans une carrière libérale (mais gardent des rapports réguliers avec le domaine public), dans l’enseignement ou la recherche.

Bref historique

Avant 1947, Philosophie et Psychologie sont enseignées en une seule et même matière. A partir de cette année, Henri Pieron créé une licence spécifique de psychologie. Alors que psychologie expérimentale et psychanalyse sont les deux courants prédominants, la psychologie clinique émerge non sans mal : en 1949, Daniel Lagache différencie la psychologie clinique de la psychanalyse. 

De nos jours, les différentes branches de la psychologie cherchent beaucoup leurs points communs, la psychanalyse est devenue une partie de la psychologie clinique, biens que les méthodes de travail soient le plus souvent différentes. 

Le premier laboratoire de psychologie expérimentale fut créé en 1896, mais le premier laboratoire de psychologie clinique est créé en 1959 par Favez-Boutonnier. La psychologie clinique est une spécialité d'origine française, les psychologues cliniciens se différencient principalement par l’utilisation ou non de certaines méthodes, et les courants thérapeutiques et théoriques auxquels ils adhèrent.